Teamwork • L'art comme travail d'équipe

L’exposition « Teamwork – l’art comme travail d’équipe » a présenté des œuvres sur papier et photographies qui constituent dès l’origine le noyau de la collection Deutsche Bank, forte aujourd’hui de plus de 50 000 Œuvres.

Art & Langage, Bernd & Hilla Becher, Anna & Bernhard Blume, Alice Stepanek & Steven Maslin, Michael Clegg & Martin Guttmann, Christiane Dellbrügge & Ralf de Moll, Maik + Dirk Löbbert, Claudia & Julia Müller, Peter Fischli & David Weiss étaient présentés dans le Hall d’Honneur du campus HEC.

  • Teamwork • L’art comme travail d’équipe
  • Teamwork • L’art comme travail d’équipe
  • Teamwork • L’art comme travail d’équipe

Histoire d’une rencontre : Art, Finance et Education ….

Pour cette troisième exposition produite par l’Espace d’art contemporain HEC depuis son ouverture en octobre 2000, il nous a semblé naturel de présenter une exposition réalisée à partir de la Collection Deutsche Bank. En effet, partenaire de l’espace d’art contemporain HEC depuis sa création, Deutsche Bank, troisième banque d’investissement au monde, en participant de manière active au «monde de l’art», est devenue à partir des années 70 l’un des principaux acteurs en matière d’art contemporain. Cette exposition est une première à plusieurs titres. Tout d’abord, les œuvres exposées ne sont jamais venues en France. Ensuite, cette rencontre insolite entre l’art, la finance et la formation de futurs dirigeants, nous place au cœur des problématiques actuelles du «monde des affaires». Pourquoi Deutsche Bank a-t-elle constitué la première collection d’entreprise au monde (environ 50 000 œuvres) ? Vecteur de communication, banal sponsoring, passions de dirigeants ou intéressant « véhicule » d’amélioration de la performance ? Au-delà de la démarche ancestrale liée au mécénat, l’art et le management de l’art prennent place sur les campus des business schools. Effet de mode ou avantage compétitif ? L’art comme travail d’équipe, thème central de cette exposition, ne serait-il pas un précurseur des opérations de «fusions et acquisitions » ? Autant d’interrogations à «l’intersection» des mondes de l’Art, de l’Education et des Affaires.

Cette exposition, Teamwork, est composée d’œuvres sur papier et photographies qui constituent dès l’origine le noyau de cette collection, forte aujourd’hui de 50 000 Œuvres. Elle permettra à un large public de découvrir certains artistes moins connus en France et d’apprécier grâce à un documentaire sur l’ensemble de la Collection, l’engagement d’une grande banque internationale pour l’art de son temps. Teamwork : L'art produit par un travail d'équipe, qu'il s'agisse de 'couples' (ou de groupes) d'artistes est particulièrement d'actualité. Si la vision de l'artiste solitaire n'a pas totalement disparu des esprits, c'est par ignorance de la réalité d'aujourd'hui. Cette dernière commence par la visibilité de l'art dont les facteurs dépendent d'actions d'envergure internationale en termes de connaissance, de communication et d’investissements. Ce qui est justement 'contemporain' dans l'art qu'on désigne communément comme tel, c'est la prise en compte de cette dimension économique, sociale et culturelle au regard du concept d'identité. Cet art nourrit également le monde de l’entreprise auquel il peut apporter une contribution irremplaçable : la visibilité d'un état d'esprit ouvert au dialogue et à la coopération.

  • Teamwork • L’art comme travail d’équipe
  • Teamwork • L’art comme travail d’équipe
  • Teamwork • L’art comme travail d’équipe

HEC et l’Art : l’Art au service de la formation des futurs dirigeants !

De longue date le campus HEC s’est impliqué dans le domaine des arts et de la culture. Les élèves, les professeurs et les Anciens sont particulièrement actifs ; la mise en place d’enseignements spécifiques et enfin, la création de l’Espace d’art contemporain HEC témoignent que cet engagement devient une des composantes fondamentales d’un campus sans cesse en mouvement.

D’une part, les élèves HEC multiplient les événements culturels au travers des nombreuses associations (Talents avenir, Festiv’art, club théâtre, musique, ciné-club, Festival Shamrock, etc.). D’autre part, des enseignements spécifiques ont été mis en place dès 1985 avec la création de l’option « Culture et Communication », première formation au management culturel dans un établissement d’enseignement supérieur de gestion en France. En février 2002, la création de la spécialisation, 'Management des Arts et de la Culture' conforte l’implication du campus ; l’option devient une spécialisation à part entière à HEC. Cette spécialisation intervient dans le cursus après deux années de formation générale au management et une année en entreprise. Pluridisciplinaire, cette majeure aborde toutes les dimensions du management appliqué au secteur des arts et de la culture de façon à former de « véritables managers culturels ». Le champ couvert inclut : patrimoine et arts plastiques, spectacle vivant, édition de livres et filière de l’écrit, édition de phonogrammes et filière son, cinéma, audiovisuel (radio et télévision), et nouvelles technologies de diffusion (filière numérique et internet). Des professeurs permanents du campus animent ces cours dédiés et spécialisés et ont publié en commun, 'Le Management des Entreprises Artistiques et Culturelles' Economica, collection Gestion. La Majeure (spécialisation) « Management des Arts et de la Culture » est animée par Yves Evrard, professeur au département marketing du Groupe HEC, co-président de l’AIMAC (Association Internationale du Management des Arts et de la Culture) et Deputy Editor de l’IJAM (International Journal of Arts Management). L’équipe pédagogique est composée de membres du corps professoral permanent du Groupe HEC : Christian Cauvin, Nicole Ferry-Maccario, Alain Keravel, Laurent Maruani ; des maîtres de conférences : Alain Busson, Olivier Silhol ; ainsi que de très nombreux intervenants extérieurs exerçant des responsabilités professionnelles dans le secteur artistique et culturel.

Enfin, une expérience nouvelle a débuté en octobre 2000 avec l’inauguration, sur le campus, de l’Espace d’art contemporain HEC. Déjà expérimenté dans de prestigieuses institutions américaines, Berkeley, Austin ou encore Yale, ce concept d’ « Espace d'art contemporain » constitue 'une première', s'agissant d'une Grande Ecole française. Cette expérience inédite n'aurait pu voir le jour sans l'engagement de Paul Dini, un ancien de l’Ecole, collectionneur passionné, ancien président de l'Association des Anciens HEC et de la Fondation HEC. Créateur et amateur d’art Paul Dini a récemment offert 400 toiles de sa collection au Musée de Villefranche-sur-Saône afin que celui-ci puisse ouvrir ses portes. Pour diriger la programmation de son espace d’art contemporain, HEC s’est adressé à des professionnels de l'art, Bernard Zürcher, historien, galeriste à Paris, vice-président du Comité professionnel des galeries d'art (CGA) en collaboration avec un artiste, Daniel Firman, qui assure la scénographie des différentes manifestations et la coordination des résidences d’artistes. Deux types de manifestation d'une durée moyenne de six semaines constituent les principes de base de cet Espace d’art contemporain. Les expositions se déroulent dans un espace modulable d'une superficie totale d'environ 800m², aménagée dans le 'Hall d'honneur' ; les interventions peuvent éventuellement gagner le parc. Parallèlement, les expositions sont accompagnées de tables rondes et de rencontres avec les artistes présents. Pour compléter le dispositif un site web permet de lier les activités de l'Espace d'art contemporain HEC avec celles des différents partenaires et d'informer les divers publics.

L'art actuel, lié à la dématérialisation accélérée des échanges, définit ses propres risques et ses propres investissements. Il confère une identité subtile, invente des pratiques relationnelles inusitées. Mais il manifeste avant tout un esprit d'engagement, d'indépendance et de liberté. C'est dans cet esprit que l'Espace d'art contemporain HEC souhaite remplir les conditions d'une interface entre 'l'entreprise de création' et la création d'entreprise. Il permet aussi d'introduire une dimension nouvelle : l'économie de l'art, forme particulière de la 'nouvelle économie'. De nouvelles perceptions de l’art contemporain se développent et, c’est ainsi qu’il trouve sa place dans la formation de nos futurs dirigeants, au service de la créativité et, du management en général. A ce propos, Bernard Ramanantsoa, Directeur Général du Groupe HEC, déclare : « Les talents du leader renvoient, à plusieurs disciplines. Pour anticiper les changements auxquels ils seront confrontés, il faut que d’ores et déjà les futurs dirigeants puissent construire eux-mêmes leurs grilles d’analyse. Pour cela, il leur est indispensable de disposer de plusieurs perspectives : économiques et juridiques bien sûr, mais il ne faut pas oublier l’histoire, la littérature, la sociologie et même l’art - c’est dans cette perspective qu’HEC a lancé l’espace d’art contemporain aujourd’hui soutenu par la Deutsche Bank. Dans cette démarche, il s’agit non pas de « culture générale » mais de sensibiliser les élèves à la création, c’est-à-dire à des conceptions inhabituelles. Il s’agit aussi de leur faire rencontrer de jeunes artistes afin de les confronter à d’autres modes de réflexion. Contrairement à quelques discours circulant, les humanités ne sont pas et seront encore moins demain des valeurs d’arrière garde. La compétence essentielle du leader, sa raison d’être sociale, restera l’aptitude à la décision, mais dans un environnement qui risque d’être demain encore moins maîtrisable qu’aujourd’hui. »